Pédagogies alternatives, décryptage…

  • 0 comments

Aux Petits Plus, nous faisons dialoguer les pédagogies pour en tirer le meilleur et proposer cette richesse aux enfants. Vous êtes nombreux à nous questionner sur les spécificités de chacune, alors voici un petit tour d’horizon !

  • Montessori

Développée par la pédagogue italienne Maria Montessori, dans les années 1900, cette pédagogie est basée sur l’âge sensible des enfants (0-3ans, 3-6ans, 6-12ans). Elle vise à respecter le rythme propre de chaque enfant et de sa personnalité. L’éveil sensoriel est un élément très distinct de cette pédagogie : l’enfant découvre et comprend son environnement par ses sens.

Le but principal du Montessori est de favoriser l’indépendance infantile. Le développement de son esprit d’autonomie en est un des grands principes. Dans la pratique, l’enfant est acteur de son propre développement et encouragé à repérer ses erreurs. Le rôle de l’adulte est de l’accompagner. Il est le médiateur entre le matériel Montessori et l’enfant.

  • Steiner-Waldorf

Le pédagogue autrichien Rudolf Steiner est considéré comme un précepteur de la pédagogie Steiner-Waldorf, souvent simplement appelée Steiner. Celle-ci est spécifiée selon les cycles de l’enfant (0-7 ans, 7-14 ans).

Ce qui importe essentiellement est le respect de l’intégration sociale, avec comme objectif de former les enfants à être des citoyens de demain, respectueux des différences de chacun. La place de l’art est centrale tout comme la pratique des matières enseignées. Le but est de favoriser « l’intelligence multiple » de l’enfant.  De plus, la pédagogie Steiner est très ouverte sur le monde, favorisant les langues étrangères. Elle aborde également la conception spirituelle.

  • Freinet

Prenant son essor dans les années 1920 par un français Célestin Freinet, cette pédagogie respecte le rythme d’apprentissage propre à chaque enfant.

La démarche de l’enseignement est ici inversée : tout d’abord l’enfant cherche par lui-même, faisant plusieurs essais tout seul, puis avec l’aide de ses pairs. En effet, l’entraide est fortement favorisée. Dans un second temps, la leçon est tirée et expliquée.

De plus, les décisions sont généralement prises par les enfants.  Un conseil de classe très régulier permet aux enfants de discuter ensemble sur des thèmes et des problématiques variés. Le développement de l’esprit critique est fondamental. L’expression de l’élève est sans cesse encouragée au sein de la communauté démocratique mise en place dans la classe. L’objectif est de former l’enfant à être un citoyen éclairé.

  • Reggio Emilia

L’italien Loris Malaguzzi développa ce concept dans les années 1960, en prenant en compte chaque enfant dans un groupe en tant qu’être unique.

Les 100 langages de l’enfant représentent la particularité de cette pédagogie. L’enfant dispose d’une centaine de langages qu’il doit découvrir à travers ses propres expériences. L’adulte représente alors un support à la créativité de celui-ci. Il propose des activités à partir de ses idées et de ses envies, grâce à un temps d’observation pour bien le comprendre. Tout l’enseignement est construit par la motivation et l’imagination de l’enfant. Ce dernier est ainsi le « maître d’œuvre » de son apprentissage.

Dans chacune des expériences, la nature est au cœur des découvertes et constitue un élément à part entière dans l’environnement de l’enfant. Elle est considérée comme le tuteur d’apprentissage.

De plus, la vie communautaire est favorisée et la coopération est mise en avant.

 

Pour en savoir plus sur ces pédagogies, nous vous proposerons un décryptage plus approfondi chaque mois sur l’une d’entre elles …

Share Social

Laisser un commentaire