L’Agora en Haïti

UN LIEU EDUCATIF POUR GRANDS ET PETITS EN HAITI

Nous sommes actuellement en train d’étudier la possibilité de création d’un lieu éducatif hybride à Port-au-prince, Haïti. Nous terminons l’étude de faisabilité et recherchons actuellement des financements pour ce projet.

Nos objectifs

Créer les conditions nécessaires à la formation de futurs entrepreneurs sociaux dits « changemakers » en Haïti, conscients et ouverts des enjeux sociaux et environnementaux.

Notre projet

Créer un lieu éducatif hybride pour petits (6-18 ans) et grands au service du développement de l’esprit critique et de l’entrepreneuriat social en Haïti. Pour ce faire, deux acteurs haïtiens et français, Café Philo Haïti & Les Petits Plus s’associent pour créer un lieu mixte et innovant à Port-au-prince : l’Agora.

Pourquoi ce projet ?

Les enjeux sociaux et environnementaux ne se sont sans doute jamais faits aussi pressants : chômage, pauvreté, inégalités, discriminations, changement climatique font notre quotidien, et requièrent un profond changement de notre société par l’éducation. Nous, parents, enseignants, éducateurs, adultes en général avons entre les mains une opportunité incroyable de changer le monde en transformant la façon dont nos enfants grandissent et leur offrir ce cadeau incroyable qui les accompagnera tout au long de leur vie : savoir décoder le monde et en être un acteur à part entière. 

Et c’est précisément là où se rejoignent les ambitions de Café Philo Haïti et des Petits Plus : permettre une meilleure compréhension du monde et contribuer, par le débat d’idées et l’éducation à créer un terreau favorable au changement. Pour les petits et les grands.

Nos activités

    • Ecole pour les enfants de 6 à 18 ans
    • Café Philo hebdomadaires pour les adultes
    • Espace de Coworking avec accès à l’électricité et internet 24h/24h
    • Bibliothèque dédiée à la philosophie et à l’innovation sociale

Etat des lieux de l’éducation en Haïti (Source : UNESCO)

L’accès à l’éducation demeure encore limité sans compter que la qualité et la gouvernance constituent un défi majeur. Entre autres facteurs ayant conduit à cette situation, on peut citer les contraintes budgétaires se traduisant par un investissement public très limité dans le secteur (autour de 10% du budget en moyenne), la pauvreté massive de plus de 70% de la population, une législation inadéquate, des normes et pratiques sociales défavorables, des crises récurrentes telles que les désastres naturels (notamment le séisme du 12 janvier 2010), de même que les capacités organisationnelles et de gestion très limitées du Ministère de l’Education.

Le système éducatif haïtien reste confronté à d’énormes défis malgré le bond significatif du niveau de fréquentation scolaire (82,7% en 2012, EMMUS V, versus 50% en 2005, selon EMMUS 4), le Programme scolaire universel gratuit et obligatoire (PSUGO), la forte demande d’éducation et le soutien de la communauté internationale.Selon le dernier recensement scolaire (2011) seul 20% de l’offre éducative vient du secteur public, le reste étant entre les mains du secteur non-public, la plupart du temps géré sans réglementation et opérant en dessous des normes minimales de qualité. Malgré son importance avérée, l’accès à des activités ciblant les jeunes enfants (0-5 ans) demeure très limité (67% de taux brut de scolarisation au préscolaire 3-5 ans, MENFP 2011).

A cela s’ajoute la faiblesse de la qualité de l’enseignement qui se traduit notamment par des taux moyens de redoublement de 15% et des taux d’abandon autour de 13%. Combinés aux entrées tardives, ces facteurs augmentent la proportion des sur-âgés à l’école fondamentale (65%). On note que le taux de survie en 5ème année du primaire est faible (25%).

Cette situation préoccupante s’explique en grande partie par la proportion élevée d’enseignants non qualifiés (plus de 65%), les conditions d’apprentissage défavorables, et la non-application des normes et standards pouvant garantir un enseignement de qualité. Parmi les enfants les plus affectés par l’accès limité ainsi que l’absence de qualité, on peut citer ceux du milieu rural, ceux des familles pauvres des bidonvilles des grands centres urbains, les enfants séparés de leur famille (centres résidentiels, enfants en domesticité, enfants des rues), les enfants handicapés et les enfants déplacés.

 

 

Café Philo Haïti

 L’Association Culturelle Café Philo Haïti (ACCPH) est une institution à but non lucratif. Elle est donc créée officiellement le 19 décembre 2011 en Haïti.  

L’Association Culturelle Café Philo Haïti (ACCPH) œuvre à la promotion de la philosophie par la conception, la planification et l’organisation d’activités qui visent à donner un essor aux diverses formes d’expression de l’exercice philosophique dans tout le pays.

Avec l’accompagnement et l’appui manifestés à différents niveaux de ces institutions partenaires, l’ACCPH organise des activités comme les séances de débat connues sous le nom des mardis de la philosophie, des documentaires, des pèlerinages philosophiques, des séances de ciné-philo, des tables rondes et ateliers de réflexion, des journées portes ouvertes, etc.