• Les Petits Plus

Accompagner son enfant dans le langage écrit

De plus en plus d’enfant de la classe des Petits plus ont démarré le travail des lettres. L’occasion de vous préparer un petit billet spécial pour accompagner au mieux votre enfant à la maison.

Quand commençons-nous ? Il n’y a pas d’âge. Les lettres sont montrées aux enfants quand nous sentons qu’il est prêt pour cet apprentissage. Pour cela, il doit avoir pratiqué suffisamment d’activités de vie pratique et sensorielle pour préparer sa main, son langage oral doit être suffisamment structuré et il doit avoir suffisamment pratiqué le jeu « mon petit œil » dans lequel il s’entraîne à entendre les sons dans les mots. Cela dépend donc des enfants.



Comment procédons-nous ?

Maria Montessori a mis au point une méthode spécifiquement adaptée aux enfants de cet âge. Cette méthode très sensorielle permet aux enfants d’avancer à leur rythme dans la découverte des signes avant de les amener à l’écriture (composer des mots avec des lettres mobiles) qui précède la lecture à cet âge.

Le premier matériel est les lettres rugueuses: des planches lisses et colorées sur lesquelles sont collées des lettres en papier de verre ainsi que des digrammes (ensemble de 2 lettres qui permettent de coder les sons de la langue qu’on ne peut pas coder avec une seule lettre: ch, ou, on, oi, in, an, gn, ai, é).

Les enfants touchent les lettres en les associant au son qu’elles font. Pour chaque lettre rugueuse, nous ne présentons qu’un seul son afin de ne pas présenter trop de difficultés à la fois. Ainsi la lettre C fait uniquement « k » et pas « s ».

Quand ils connaissent suffisamment de lettres, nous leur proposons d’écrire leurs premiers mots ou petites phrases avec l’alphabet mobile. Dans ce premier temps, ils écrivent en phonétique en attachant tous les mots. La précision orthographique sera abordée un peu plus tard, quand l’enfant aura bien compris ce concept fondamental de l’écriture alphabétique: la correspondance lettre/son.

Ce n’est qu’après un long entraînement à l’écriture que l’enfant sera prêt à déchiffrer ses premiers mots phonétiques. On lui présentera alors du matériel spécifique pour assimiler la difficulté principale de langue française: le fait qu’il existe plusieurs manières d’écrire le même son (par exemple o/ au /eau) et que quelques lettres peuvent faire plusieurs sons (c, g, s, t).

Comment aider votre enfant ? Pour aider votre enfant dans cette belle aventure qu’est la conquête du langage écrit, il est important que vous puissiez accompagner ses demandes et questions en cohérence avec la progression de la classe. C’est pourquoi nous vous proposons de prêter attention à ces quelques points:

- Dans un premier temps, montrez des lettres cursives à votre enfant si vous écrivez devant lui. Les lettres rugueuses sont des lettres cursives car c’est ainsi que l’on écrit à la main. Nous aidons donc l’enfant à se préparer à l’écriture manuscrite en lui montrant cette forme de lettres qu’il touche avec l’index et le majeur.


Les lettres « bâtons », fréquemment utilisées en maternelle, peuvent sembler plus faciles mais elles contrarient le geste naturel de l’enfant dont la main fait naturellement des boucles. Les enfants qui doivent obliger leur main à faire des traits droits pour écrire des bâtons doivent complètement ré-apprendre l’écriture au moment de passer à la cursive en grande section. Autant commencer tout de suite.

D’autre part, pour respecter le principe de Maria Montessori « une difficulté à la fois », nous ne montrons à l’enfant que les lettres cursives dans un premier temps. Quand il connaîtra bien ses lettres, il travaillera aussi avec les lettres d’imprimerie pour pouvoir lire dans les livres. Tant que nous ne vous avons pas prévenu que votre enfant commence à travailler avec les lettres d’imprimerie, restez aux lettres cursives afin qu’il n’y ait pas de mélange.

- Donnez le son des lettres, pas le nom quand vous en parlez. Lorsque les enfants travaillent les lettres rugueuses, on leur donne le son de cette lettre, jamais leur nom. Le nom des lettres ne sert à rien pour apprendre à lire et peut se révéler un obstacle. Difficile en effet de se rappeler que la lettre « gé » fait « g » quand on entend «j» au début de son nom. Et pour certains enfants, au moment de la lecture, il est difficile de comprendre que M + A fait « ma » et non pas « èma » ou B + A « ba » et non« béa ». Les enfants apprendront le nom des lettres quand ils seront lecteurs. En attendant, essayez de vous entraîner à dire le son des lettres. Pour certaines consonnes, c’est un peu difficile mais on prend vite l’habitude de dire « bbb » et non pas « be » . N’hésitez pas à nous demander des conseils si vous hésitez sur la manière de prononcer un son.

- Quand votre enfant commence à vouloir écrire chez vous, ne le corrigez pas. Quand les enfants commencent à écrire des mots ou des phrases avec l’alphabet mobile, ils ont parfois envie de continuer à la maison, en écrivant à la main. Quand votre enfant vous montre sa production dites simplement ce que vous lisez et demandez si c’est bien ce que l’enfant a voulu écrire. Par exemple, si votre enfant écrit : « onsedégiz » dites juste: « Je lis "on se déguise », est-ce que c’est ce que tu as voulu écrire? » Ne cherchez pas à corriger l’orthographe de votre enfant, ce n’est pas encore le moment. Pour l’instant, il réalise un très gros effort pour entendre les sons de tout ce qu’il veut écrire et de les coder un par un dans le bon ordre. De votre côté, cela suppose un peu d’adaptation: il faut se rappeler que pour votre enfant, G fait toujours « g » même s’il y a un i ou un e après, C fait toujours « k », jamais « s », S fait toujours « s », jamais « z ».

- Ne cherchez pas à faire lire votre enfant Votre enfant suit une progression qui prend plus ou moins de temps et qui va l’amener par son propre travail à la lecture. A un moment, il va se produire pour  lui « l’explosion de la lecture ». Vous le verrez alors essayer de déchiffrer tout ce qui lui tombe sous les yeux: les enseignes, les panneaux, les emballages… Si on respecte le rythme de l’enfant, son enthousiasme sera tel à ce moment-là que beaucoup de difficultés de lecture vont être intégrées et mémorisés très rapidement. Une chose qui risque fort de ne jamais arriver si on demande à l’enfant de faire des exercices de lecture quand ce n’est pas encore le moment pour lui.



Maria Montessori rapporte cette anecdote dans l’un de ses livres: une dame demandait à un enfant qui lui avait appris à lire. L’enfant réfléchit un moment avant de s’exclamer: « Mais personne! J’ai appris tout seul! » Effectivement, le rôle de l’adulte se cantonne à apporter à l’enfant les informations nécessaires. Ensuite, c’est par son travail répété qu’il va accéder tout seul à la lecture, soutenu par les activités proposées par l’adulte.

Accompagner votre enfant sur son chemin de la conquête de la lecture est un merveilleux moment. Un soir, votre enfant vous raconte qu’il a commencé les lettres et puis quelques mois plus tard, sans crier gare, alors que vous pensiez qu’il ne se passait rien, votre enfant se met à déchiffrer une étiquette sur la table de la cuisine !

79 vues

Association loi 1901, Les petits plus, pour une éducation positive,

2 rue du Professeur Zimmermann, 69007 Lyon

SIRET : 81536468200022

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now