• Conseil d'administration Les Petits Plus

Les Petits Plus font feu de tout bois


Depuis janvier les enfants qui ont intégré la classe cette année ont fourni un grand travail, notamment en calcul ils avancent à grands pas sur le dénombrement et la reconnaissance des chiffres de 0 à 10. Ils maintiennent un grand intérêt pour l’écoute et la reconnaissance des sons. Certains ont même commencé les lettres rugueuses pour développer la reconnaissance de la graphie des sons. Les enfants apprennent ainsi dans un premier temps à lire et à écrire. Rappelez-vous, dans la pédagogie Montessori, les enfants développent la lecture avec l’écriture. C’est la raison pour laquelle, les petits et moyens font de plus en plus souvent des temps de gymnastique des doigts pour les préparer à la tenue du crayon.


Ce mois-ci, les enfants de MS ont découvert un nouveau matériel : le système décimal.

L’approche Montessori permet à l’enfant d’accéder assez vite aux très grands nombres. Le premier travail sur le système décimal se fait à l’aide des perles dorées, très attractives pour les enfants à cause de leur aspect précieux. La force de ce matériel réside dans le fait que l’enfant peut véritablement toucher la structure du système décimal et faire l’expérience des équivalences entre les différentes catégories : une unité est matérialisée par une perle dorée, une dizaine est matérialisée par exactement dix unités ; la centaine par dix dizaines ou cent unités, mille par dix centaines ou cent dizaines ou mille unités. La démarche est réellement un pas à pas. L’enfant est sensibilisé à chacune des catégories avant d’accéder à l’ensemble du matériel.

D'autre part, nous lui présentons d'abord les quantités de manière isolée, puis les symboles et enfin l’association des deux. Ainsi il pourra tisser au fur et à mesure les liens nécessaires à la compréhension des grands nombres sous leurs différents aspects (nom, écriture/lecture, fabrication). Par ailleurs, il s’entraîne à la lecture et à l’écriture avec l’alphabet mobile.

Du côté des grands, le travail en calcul fait des pas de géant avec la découverte des tables de mémorisation pour l’addition, la soustraction et la multiplication. Ils ont aussi découvert la division avec le matériel de la banque. Ils ont perfectionné les opérations et le principe de la retenue avec un matériel un peu plus abstrait que la banque avec les timbres et la tables des doigts.

Du côté de l’écriture, les grands ont bien avancé sur le geste d’écriture et le tracé des lettres. Depuis le début du mois, nous portons notre attention sur le positionnement des lettres sur les lignes. Eh oui, nous préparons en douceur le passage en CP et l’arrivée des cahiers ! Ce travail nous permet de faire un focus sur le Ductus. Non ce n’est pas un gros mot mais un grand mot ! Une des grandes difficultés dans l’apprentissage de l’écriture. Après avoir découvert le sens du tracé d’une lettre, il est important que l’enfant comprenne l'ordre et la direction, ainsi que la vitesse et le rythme, selon lesquels il va tracer les traits qui composent la lettre et les mots. Chaque type d'écriture possède un ductus propre qu'il convient de respecter pour assurer une écriture fluide et naturelle.


Point focus sur l’écriture en miroir

Nous avons régulièrement des questions sur l’écriture en miroir des enfants. Nous parlons d’écriture en miroir lorsque les lettres qui constituent le mot sont ordonnées de droite à gauche et les mots de la phrase peuvent même être disposés de droite à gauche de sorte que le décodage nécessite de regarder la réflexion des mots dans un miroir.

L’écriture des chiffres en miroir est un phénomène universel présent dans toutes les cultures et tous les types de graphisme généralement autour de 4-6 ans. Celui-ci s’applique même à l’apprentissage des pictogrammes mandarins/japonais.

Pourquoi cela se produit ? Plusieurs théories ont été mises en avant pour expliquer ce phénomène dont aucune n'a été complètement validée à ce jour.

L’enfant acquiert très tôt dans son développement la permanence de l’objet (une cuillère est une cuillère même si elle est à l’envers, tournée sur le côté, placée à droite ou à gauche du couteau, etc.). Les enfants qui écrivent très jeunes ou qui ont certains troubles de développement, peuvent avoir des lacunes dans la compréhension qu’une lettre n’a qu’une seule orientation et que les lettres d’un mot doivent respecter une séquence précise, de gauche à droite, afin de faire du sens. Les enfants qui écrivent des lettres avant de savoir lire sont de mon expérience plus sujets à ne pas saisir l'importance de l'orientation/ directionnalité dans l'écriture. Lequel est un ''R'' ?

Nous retenons une théorie fascinante, et nous avons pu remarquer des regards interrogateurs ou amusés lorsque nous en parlons. Alors voici une petite explication sur ces vieux neurones-miroir : saviez-vous que, selon l’œuvre de Stanislas Dehaene, "Les Neurones de la Lecture" (2007), le cerveau humain n’est pas fondamentalement conçu pour la lecture et l’écriture des lettres ? La lecture est une nouvelle capacité que les besoins de notre société avancée imposent au cerveau de développer, le poussant, si on peut le dire ainsi, à évoluer.

Selon cette théorie, la lecture ne devient possible qu’au fur et à mesure que des neurones initialement impliqués dans la reconnaissance des formes sont recyclés pour la discrimination des chiffres et des lettres. Ces neurones impliqués dans la détection des formes fonctionnent de façon symétrique. Cela signifie que lorsqu’une forme/image est perçue dans une certaine orientation, son image en miroir est automatiquement créée et ajoutée au répertoire de la personne. Ancestralement, ceci avait une fonction de survie alors que la détection de la forme d’un animal dangereux, initialement perçue du côté droit, pouvait rapidement être repérée si présentée du côté gauche dans une autre instance grâce à ce processus de symétrie.

L’écriture en miroir ne serait pas un défaut d’apprentissage... Le "stade du miroir" ne représenterait donc pas un type de défaut d’apprentissage de la lecture et de l’écriture mais une fonction normale du système visuel qui doit être surmontée. Le cerveau a besoin de temps pour développer les capacités d’asymétrie nécessaires à la lecture et l’écriture dans la bonne orientation. Il accomplit ceci en contrant de plus en plus efficacement l’attitude naturelle de généralisation par symétrie à laquelle il est habitué depuis la naissance. Bien que plusieurs enfants arrivent à réorienter le fonctionnement de leurs aires de perception visuelle assez promptement, certains enfants ont besoin de plus de temps que d’autres pour y arriver. Selon Dehaene, la persistance d’attitudes de réversion des chiffres et des lettres peut parfois se poursuivre jusqu’à l’âge de 8-10 ans.


Comment réagir quand l'enfant écrit en miroir ? Cela dépend de l'âge et du contexte. Pour le jeune enfant qui n'a pas encore eu accès à une instruction formelle sur la formation des lettres, qui n'a pas encore développé les prérequis perceptif et moteurs pour écrire et qui s'amuse à dessiner des lettres vous aurez avantage à ne pas le corriger. Le plus important est de maintenir son intérêt et qu'il développe une relation positive avec l'idée d'écrire.

À partir du moment où nous avons présenté à l’enfant les lettres rugueuses et qu’il connaît la bonne formation des lettres et des conventions de l'écrit (de gauche à droite), nous pourrons prendre le temps de revoir avec lui le sens d’écriture des lettres. En effet, à ce stade, il aura compris qu'une lettre est un symbole qui représente un son et que l'écriture, contrairement au dessin n'est pas un processus créatif avec de nombreuses possibilités. Enfin, il aura suffisamment de maturité pour comprendre pourquoi il doit se corriger et risquera moins de voir son intérêt pour apprendre à écrire diminuer.




En mars, nous avons découvert le bois et le recyclage à travers les ouvrages de Christian Voltz et du travail de menuisier d’Alexandre, le papa d’Arthur. Il a présenté aux enfants les outils qu’il utilise pour travailler le bois. Les enfants étaient très intéressés et ont posé beaucoup de questions ! Après quelques recommandations de sécurité, ils ont pu manipuler certains outils et fabriquer des objets en bois. Ils ont appris à planter des clous et réalisé un hérisson et un cadeau pour la fête des grands-mères en fil tendu, ils ont pu aussi manipuler une perceuse à bras pour percer des branches et réaliser un mobile très coloré avec des perles.

En début de mois nous sommes allés au parc de Gerland afin de pouvoir observer les signes du printemps et récolter des branches pour divers projets. Lors de cette sortie nous avons pris des empreintes d’écorce d’arbres en plaquant des feuilles de papier sur les troncs et en frottant avec des craies.

Nous avons réalisé nos propres tampons à partir de chutes de bois ! Les enfants se sont amusés à faire des empreintes de différentes formes et couleurs, les deux fresques sont affichées dans la classe.

Grâce à vos contributions en terme de récupération d’objets de recyclage et de quincaillerie, nous avons constitué un atelier de matériaux de récupération tout comme Christian Voltz et les enfants ont travaillé autour de l’élaboration d’un petit animal de compagnie à la manière de l’illustrateur.


Ce mois-ci nous avons également célébré le carnaval en paradant déguisés dans le quartier et au parc et nous avons eu aussi la chance de retourner au cinéma pour découvrir l’univers de Leo Leonni à travers des courts métrages qui ont ravi les enfants.

Notre nouvelle chanson : Merci monsieur poubelle (Les enfantastiques)

Nous avons étudié le poème « Quand la porte se souvient » d’Hamid Tibouchi.


Le mois prochain nous partirons à la découverte des insectes et autres petites bêtes. Un thème qui va nous permettre d’explorer partout autour de nous, une chance en ce début de printemps !


Merci à tous pour votre soutien,


L’équipe des Petits Plus.

82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout